Autopsie d'un licenciement abusif

Publié le par le Collectif des Adhérents du TCMB

raquette cassee

Que s'est-il passé entre le 23 décembre 2009 et le 21 janvier 2010?


D'après le Bureau du TCMB, le départ du DTS a été statué d'un commun accord. Or, comme expliqué dans l'article Manu : OUT !!! , la vérité est ailleurs...



perenoelordureActe 1 : Le Père Noël est une ordure

Pas sympa le Père Noël cette année... Le 23 décembre, Manu reçoit sa convocation à son entretien préalable, avec mise à pied immédiate. Donc plus de salaire depuis la veille de Noël. Une telle mesure est généralement prise pour préserver une entreprise. Mais quel risque Manu fait-il donc courir au TCMB par sa simple présence ?


menteurActe 2 : Menteur, menteur

Les vacances de fin d'année à peine terminées, le Bureau distribue un tract mensonger aux élèves des cours du lundi soir. Le lendemain 5 janvier, ce tract est envoyé par mail à l'ensemble des adhérents et parents d'adhérents, suivi d'une "Lettre de désinformation" (cf. Lettre ouverte aux adhérents du TCMB )



arnaqueActe 3 : L'arnaque

Selon le Code du Travail (Article L1232-2), "L'employeur qui envisage de licencier un salarié le convoque, avant toute décision, à un entretien préalable." Or, le Bureau du TCMB a pris sa décision depuis longtemps... Manu, à juste titre, n'a donc pas jugé nécessaire de se rendre à cette mascarade d'entretien préalable le 11 janvier.


sanspitieActe 4 : Un monde sans pitié

La Lettre de Licenciement est bien entendu envoyée quelques jours plus tard, le 14 janvier. On comprend mieux alors que des "fautes" datant de plus d'un mois nécessitaient une mise à pied immédiate. Et que dire des absences répétées alors que de nombreuses personnes peuvent témoigner du contraire ?


papyresistanceActe 5 : Papy fait de la résistance

Mais Manu ne baisse pas les bras. Il peut enfin communiquer librement aux adhérents (cf. Manu : OUT !!! ), puis répondre officiellement au Président du TCMB, démontrant ainsi point par point que toutes les fautes qui lui étaient reprochées sont sans fondement.




Celles et ceux qui ont côtoyé Manu savent qu'il n'était pas nuisible au TCMB, bien au contraire. Pourquoi alors un tel acharnement ? Pourquoi nous faire croire que tous les problèmes du club viennent de lui ? Pourquoi l'avoir traité ainsi ? Autant de questions qui restent aujourd'hui sans réponse...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

laurence 13/03/2010 11:16


bonjour,
cela un fait un moment que je connais Manu de vue si je puis dire , mes enfants fréquentant le club & j'ai tjrs apprécié sa politesse, sa rigueur -nécessaire- avec des enfants, son
professionalisme mais je suis très génée quand on reçoit de unefois que tout s'est passé. Pourquoi ne pas nous avoir avertis de ce pb AVANT que Manu ne soit licencié ? là on nous informe en masse,
on a reçu du courrier à ce sujet plus d'une fois (j'avoue que c'est contraignant de lire des pages & des pages). Indépendamment du fait que cela m'a attristée ainsi que mes enfants du départ de
Manu, je considère que , nous parents, n'avons pas à donner notre avis, position à ce sujet, nous ne savons pas ce qui s'est passé, qui fait quoi, et je dois avouer que malgré vos pages d'infos, et
bien je ne saisi pas tout.
désolée, je vous dis ce que je pense


le Collectif des Adhérents du TCMB 14/03/2010 11:13



Les adhérents et parents de mineurs inscrits au Club ont le droit de savoir ce qui se passe et de faire connaitre
leur désaccord éventuel avec les décisions de gestion du Bureau élu irrégulièrement suite à un viol des statuts. Les trois membres minoritaires du Comité de Direction, écartés de leurs fonctions depuis le 6 septembre et privés
d'informations, ont tenté de s'opposer au complot qui se tramait dans l'ombre.


Ils ont alerté en vain le Maire et le Président la Ligue du Val de Marne. Chacun s'est retranché derrière un hypocrite devoir de neutralité. Une pétition qui dénonçait le harcèlement moral du DTS a
circulé fin octobre, début novembre, et a recueilli près d'une centaine de signatures. Mais le Bureau actuel, en abusant de ses pouvoirs n'a pas pu être arrêté dans sa volonté
absurde de règle des comptes.